En vrac et en vacances

Hier, la journée En ville sans ma voiture était « célébrée » à Québec. Comme je travaille en ville, dans le Vieux Québec, j’ai pu constater que ça a été un échec monumental. La rue bordant mon bureau était supposée être fermée aux automobiles entre 10h00 et 15h00. Il n’en était rien, la circulation était normale. Québec a encore beaucoup de chemin à faire avant de ressembler à Copenhague.

 — 

La température était clémente ce matin en cette fin de septembre. Des bermudas et un t-shirt faisait amplement l’affaire pour se rendre au boulot. Les feuilles commencent à remplir les rues et les chemins des Plaines. Ça sent la bonne terre mouillée, l’humus et la ville. Je plains ceux qui manque tout ça enfermés dans leur char à écouter des mauvaises émissions de radio-frustrée.

— 

Le blogue de Bicycles Falardeau détaille cette semaine les différents vêtements que vous pouvez porter pour pédaler cet automne en tout confort. À mon sens, ce billet touche à une vérité : ne pas acheter des vêtements de vélo de mauvaise qualité vous permet d’économiser à long terme. En plus d’être plus confortables, les vêtements un peu plus chers durent tellement plus longtemps.

 Par contre, j’ajoute mon grain de sel. D’abord, les matériaux utilisés. Comme de nombreux cyclistes new-old-school, j’adore la laine. Les vêtements de laine très minces peuvent être portés l’été pour un grand confort : ils sèchent vite, ne sentent pas et son très durables. Sous une coquille « softshell », je passe tout l’hiver en vélo avec une mince couche de laine, même dans les froids les plus mordants.

De plus, je tiens à ajouter que mes vêtements de vélo préférés ne sont pas des vêtements de vélo. Ce sont simplement des vêtements disons « de sport ». Un chandail et un short que vous pourriez porter pour faire de la marche en forêt, pour jouer au soccer, etc. Le lycra, très peu pour moi, particulièrement pour les déplacements urbains qui sont généralement très courts. La seule chose à regarder pour les chandails et les manteaux est la longueur arrière, pour éviter que le bas du dos soit découvert lorsque l’on se penche sur le guidon.

 — 

Je pars en vacances, dans des contrées lointaines où l’accès à l’Internet est tout sauf garanti. De toute façon, ce sont des vacances, je ne bloguerais pas même avec un portable sur les genoux. Si tout va bien, de retour à la fin octobre; sinon, on verra.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s