La prochaine mode?

La planète vélo se porte bien. Depuis la hausse du prix de l’essence, les exploits médiatisés de certains coureurs cyclistes et la démocratisation de vélos de très bonne qualité, les gens retournent vers le vélo. Indéniablement, un effet de mode, alimenté par une conscience environnementale elle aussi à la mode, amplifie le phénomène du vélo, particulièrement du vélo urbain.

Or, puisqu’il s’agit d’une mode pour certains, jouons le jeu. Au début des années 90, les vélos « de montagne » étaient la norme sur les routes et les pistes cyclables. Lourds, mais costauds, ils avaient l’avantage d’avoir des cadres robustes. Toutefois, une surenchère des larges pneus à crampons faisait de ces monstres de chromoly de vrais tanks : il valait mieux avoir de bonnes jambes pour rouler longtemps.

Tranquillement, les hybrides de toutes les dénominations ont pris une part importante de la flotte cycliste urbaine. D’un côté, les hybrides « performance » se rapprochent des vélos de route, guidon courbé en moins. De l’autre, les hybrides « confort » font la joie des personnes moins à l’aise en vélo et font du même coup rager les puristes qui s’exclament de dégoût devant les potences ajustables et les fourches à suspension.

ringleader

La rage des dernières années, pas mal moins présente à Québec, mais poussée à l’extrême dans certaines villes américaines, les vélos à pignon fixe ont été le fer de lance du cool depuis quelques années. L’idée est séduisante : une seule vitesse, pas de dérailleur à entretenir (et parfois pas de freins non plus, pour les plus téméraires ou les plus cool). Beaucoup ont adopté, certains en ont fait une religion, d’autres font une carrière à les détester.

2073626584_cefb9d258b (1)

Quelle sera la prochaine tendance à pogner dans les rues et à faire saliver les marchands? Les vélos hollandais, pratiques, mais encombrants? Les vélos français, avec leur panier de provision et leur look rétro?  À moins que ce soit les scorchers qui reviennent?

Il semble que les vélos cargos (parfois appelé triporteurs par nos cousins français) soient aussi de plus en plus populaires. Du côté américain, la compagnie Xtracycle propose depuis quelques années des rallonges pour vélos de montagne, histoire de se faire un vélocargo. La compagnie Surly s’est lancé dans la mêlée avec le Big Dummy, très coûteux (un peu plus de 2000$ au pays de Stephen Harper), donnant la réplique à d’autres compagnies moins connues.

Les Européens et les Asiatiques grote-klassieke-bakfiets-420connaissent les vélos cargos depuis un bon moment, notamment du côté néerlandais. La Hollande semble de ce fait être la grande inspiration du moment pour le retour des vélos cargos. Le site américain Fixed Gear Gallery a d’ailleurs lancé un concours pour les gosseux qui veulent créer leur propre bête de somme. La plupart des vainqueurs ont présenté des vélos qui ne gêneraient pas du tout leurs confrères européens. La palme de la meilleure création aurait dû revenir à David Mahan, mais les juges en ont décidé autrement.

tricixPour un infime fraction de ces vélos neufs, Vélocentrix construit depuis ses débuts des vélos cargos de toute sortes (et qui contiennent particulièrement). Vous pouvez en voir de nombreux exemplaires sur le site de Vélocentrix.

Évidemment, pour le peu de mal que les gens voudront bien se donner, tous trouveront toujours chaussure à leur pied (ou vélo à leurs fesses). Finalement, ce sont peut-être les tricycles qui reviendront.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s